La pierre de Rosette

La traduction est sans aucun doute l’un des plus vieux métiers du monde. Cette discipline est intimement liée à la religion, notamment lorsque l’on évoque le mythe de la Tour de Babel, mais aussi parce que le texte le plus traduit aujourd’hui est la Bible, disponible dans près de 468 langues. Même si les premières traductions remontent à plusieurs milliers d’années avant notre ère, peu de traces écrites vieilles de plus de 2 000 ans subsistent. Dans cet article, je vais vous parler d’une de ces traces écrites, l’une des plus importantes découvertes dans le monde de la traductologie : la pierre de Rosette.


Un peu d’histoire

La pierre de Rosette

La pierre de Rosette est un morceau de stèle gravée datant de l’Égypte Antique. Elle porte trois versions du même texte et a permis à Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes en 1822. Le texte, un décret commémorant le couronnement du pharaon Ptolémée V prononcé à Memphis en 196 avant J.-C., est écrit en deux langues (le grec ancien et l’égyptien ancien), mais en trois versions : en alphabet grec, en hiéroglyphes et en égyptien démotique.

Ce morceau de stèle a été retrouvé le 15 juillet 1799 dans un fort de la ville de Rosette, durant la campagne d’Égypte de Napoléon. On lui porte un intérêt tout particulier car les scientifiques de l’époque espèrent pouvoir déchiffrer les hiéroglyphes, un grand mystère en ce temps-là. Des copies sont alors faites et envoyées dans toutes l’Europe dans l’espoir de percer le secret de ces mystérieuses inscriptions. Peu de temps après, Napoléon est vaincu et les Anglais reprennent possession de la pierre de Rosette. Cette dernière est alors envoyée au British Museum, où elle est exposée depuis 1802.


Le contenu de la pierre

Comme dit précédemment, la pierre de Rosette contient le décret prononcé lors du couronnement du pharaon Ptolémée V à Memphis. Il a cependant été compliqué de retranscrire l’intégralité du texte car aucune des trois versions n’est complète. C’est le texte en égyptien démotique, au milieu de la pierre, qui est le mieux conservé. En effet, il ne manque que quelques bouts de lignes, contrairement aux hiéroglyphes, pour lesquels plus de la moitié du texte a disparu.

Ce décret commémore l’ascension de Ptolémée V en le remerciant pour les cadeaux qu’il a fait aux temples durant son règne et établit également son culte divin, à une période assez difficile pour l’Égypte. En effet, le pharaon accède au pouvoir à seulement cinq ans, ses parents étant morts assez soudainement, victimes d’un assassinat selon des sources de l’époque. En outre, une révolte au sein du pays perdure depuis le prédécesseur de Ptolémée V et des puissances étrangères profitent de cette période de faiblesse pour envahir des territoires égyptiens d’outre-mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *